« Les bénévoles offrent une simple présence »

bénévole

Félicia, responsable des opérations et bénévole d’accompagnement à Visitatio – Voisins & Soins

Pourquoi es-tu engagée chez Visitatio – Voisins & Soins ?

Je ne suis pas arrivée par hasard chez Visitatio – Voisins & Soins. 

Plusieurs personnes âgées ont marqué mon enfance. Je pense à mes grands-mères, ma grand-mère paternelle en particulier, ainsi qu’une ancienne institutrice qui me donnait des cours du soir. Cette dame, Thérèse, m’a transmis ses connaissances et m’a donné un amour qui m’ont apporté une grande confiance en moi. Grâce à elles, j’ai compris très vite que les personnes âgées sont des trésors qui ont une vie à nous transmettre.

Depuis, j’ai toujours cherché à passer du temps avec nos aînés. Et c’est en côtoyant toutes ces personnes arrivées au crépuscule de leur vie que j’ai véritablement pris conscience de notre finitude à tous. J’ai par ailleurs été confrontée plusieurs fois à la mort. Je suis notamment partie trois mois en Inde, où je me suis engagée bénévolement dans les mouroirs de Calcutta. J’ai ainsi vécu l’expérience bouleversante de veiller une personne qui est morte dans mes bras. 

Il y a quelques années, c’est mon oncle que j’ai accompagné. A ses côtés, j’ai compris à quel point la fin de vie, au-delà de la tristesse, de la peur, et des déchirements, peut aussi être une période d’une grande richesse. Accompagner une personne en fin de vie permet de mieux comprendre la valeur de la vie, l’importance de la vivre pleinement, jusqu’au bout.

Le moment est ensuite arrivé où j’ai souhaité prendre un tournant dans ma vie professionnelle, pour lui donner plus de sens : c’est dans cet état d’esprit que j’ai rencontré François Génin, le cofondateur de Visitatio – Voisins & Soins dont la mission m’a interpellée, alors même que je venais d’accompagner mon oncle dans sa fin de vie.

Quelque temps après cette rencontre, François m’a proposé de rejoindre l’association : j’ai accepté sans hésiter, poussée par l’intuition que c’était le bon moment pour un tel engagement.

Quel est ton rôle au sein du support de Visitatio – Voisins & Soins ?

Mon travail consiste à accompagner les antennes existantes et les porteurs de projets qui souhaitent lancer des équipes là où l’association n’est pas encore présente. Je suis d’ailleurs très touchée de constater que l’on est sollicité dans toute la France pour créer de nouvelles antennes : c’est encourageant de voir que Visitatio – Voisins & Soins répond à une réelle attente de la part des Françaises et des Français. 

Je suis également bénévole dans l’équipe de Saint-Cloud, après avoir reçu une formation  échelonnée sur 4 mois. Cette formation est d’une grande richesse pour démarrer l’aventure des accompagnements : elle est une aide précieuse pour s’engager. En tant que bénévole, j’apprécie particulièrement le fait que nous soyons une équipe hybride, composée de bénévoles mais aussi de soignants (médecin et infirmier) et de psychologues.

Le bénévole est très gâté : il bénéficie de la complémentarité des regards de chaque membre de l’équipe. Celui des autres bénévoles, celui des soignants et celui des psychologues. Au sein d’une équipe, chacun peut expérimenter, éprouver, et partager avec les autres membres, pour remplir mieux son rôle d’accompagnement auprès du patient, de sa famille et de ses proches. 

Peux-tu nous parler de ton expérience en tant que bénévole au sein de l’association ?

Chez Visitatio – Voisins & Soins, nous accompagnons généralement les personnes pendant les 3 derniers mois de leur vie. Notre leitmotiv, lorsque nous rendons visite aux malades, est de prendre le temps. Les bénévoles offrent une simple présence, mais ce sont des temps précieux et le besoin prioritaire des personnes accompagnées et de leurs proches. La présence que nous offrons est toujours riche d’une grande bienveillance et d’une grande écoute. 

La beauté et la richesse d’une visite se trouve dans le fait de se trouver face à un inconnu, une personne humaine à qui on tient les mains même si on ne se connaît pas. C’est le fait d’arriver avec une carapace neutre qui va nous permettre de faire de meilleurs accompagnements.

Quel message voudrais-tu faire passer ?

Si j’avais un message à faire passer, ce serait celui-ci : accompagner des personnes en fin de vie est un vrai cadeau. Paradoxalement, on réalise que la peur que nous avons de la mort se joue en grande partie psychologiquement, à cause de l’image que nous en avons aujourd’hui. La fin de vie est une réalité dont on est témoin lorsque nous accompagnons des personnes en fin de vie. Ces accompagnements m’aident à l’appréhender petit à petit.

Et puis, la vie est courte et on ne sait pas quand on va mourir… accompagner des personnes en fin de vie nous permet de réaliser qu’il faut pleinement profiter de la vie, et ne pas passer à côté des belles choses !